Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

On ne chante plus en France !

On ne chante plus en France !

On ne chante plus en France, on ne danse plus ou alors parfois… quelques vieux sur une valse, toujours la même par peur de se tromper de pas. On ne chante plus que la Marseillaise et c’est assourdissant. Chacun se fige, se raidit et joue les bons français, c’est bien le moment. Curieusement, on a entendu deux chansons il n’y a pas si longtemps mais elles étaient là comme un hommage, pour consoler de la peine des uns et des autres. Elles étaient là pour remplir un vide. Elles étaient les sentinelles d’un temps où la poésie se faisait populaire. Ces réflexions m’ont traversé l’esprit en regardant une vieille émission de « variétés » comme on disait dans les années 70. Je ne sais pas si Guy Lux était son producteur mais le temps passé à la regarder était bien agréable : il était sans prétention, léger… On se reposait en regardant ces images. Je dis bien des bêtises, j’oubliais que cet écran n’est plus fait aujourd’hui pour distraire, pour donner à rêver. Notre « belle » époque est celle du palabre sans fin, de la table ronde, des spécialistes en yaourts. On ne va pas en plus amuser la galerie avec des chansons, avec des numéros de cirque. Les clowns sont sur les chaînes d’information et ils sont sérieux comme des papes sans être maquillés et ils ne font pas rire mais grimacer. Nous sommes une époque de grimaces ! Il faut s’y faire, alors pourquoi chanter ? On se plaint, on se lamente et pourtant on n’entend plus de fados. C’est le vide ! Je crois savoir que certains font encore profession de chanter mais je n’entends que du bruit, ils n’ont plus de voix. Nous ne sommes plus au temps « où les chanteurs avaient de la voix » comme nous le criait Nougaro. Non et pourtant… Il était de tradition dans ce pays de France d’accompagner une époque, un événement par une chanson. On s’en souvient ou du moins je l’espère. Je me suis souvenu de mon côté de Céline qui écrivait : « Il faudrait apprendre à danser. La France est demeurée heureuse jusqu’au rigodon. On dansera jamais en usine, on chantera plus jamais non plus. Si on chante plus on trépasse, on cesse de faire des enfants, on s’enferme au cinéma pour oublier qu’on existe, on se met en caveau d’illusions, tout noir, qu’est déjà de la mort, avec des fantômes plein l’écran, on est déjà bien sages crounis, ratatinés dans les fauteuils, on achète son petit permis avant de pénétrer, son permis de renoncer à tout, à la porte, décédés sournois, de s’avachir en fosse commune, capitonnée, féérique, moite. » Les Beaux Draps – Céline.

... Mais où sont donc passés les poètes, où sont donc les musiciens qui savent ouvrir des portes avec leur clé de sol ? Où sont ces gens dans ce monde de tisane froide.

 

 

 

 

   

 

Print
Repost