Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

le cul de l'information ...

le cul de l'information ...

L’information va vite, elle se court même parfois après. On est envahi par toutes sortes de données, de chiffres, de déclarations… On peut même s’étonner que des accidents comme celui de cet avion russe abattu ne soient pas plus fréquents dans ce grand foutoir. On peut suivre les attentats de Paris,  être tenté de comprendre le déroulement des événements… Qui est qui et qui est quoi ? Alors chacun y va de sa partition : un exemple, le sieur Abaaoud présenté d’abord comme une huile lourde de l’Etat qui se dit Islamique… Il devient très vite la tête pensante du groupe, le grand coordinateur, celui qui dirige le terrorisme en terre d’Europe et puis au fil des heures pour ne pas dire des jours, on révise sa position… On ne voit plus pour le désigner qu’une photo, on arrête de diffuser la vidéo qui l’a fait vedette. On comprend alors qu’il n’est peut-être qu’un exécutant, un pauvre type plus ou moins télécommandé qui est venu mourir dans un cul de sac. On lui accordait il y a quelques temps une ingéniosité incroyable, une intelligence perverse, un professionnalisme de la terreur sans faille… Il avait tout prévu, tout organisé sauf bien sûr la manière d’échapper à la mort. Je sais qu’on veut croire au mythe des kamikazes, à ces individus qui en toute conscience et en toute lucidité se donnent la mort parce qu’ils ont une foi. Allons donc, les trois de Paris sont morts pourquoi, pour quel but… et pour quel résultat ? étaient-ils trop « chargés » pour se poser la question ? D’autres en apparence, se sont posés la question et ont disparu dans la nature. On dit que ce sont les artificiers et donc, il est normal qu’ils restent en vie. Artifice quand tu nous tiens ! Oui, nos braves journalistes, nos penseurs, nos commentateurs devraient apprendre la retenue, le sens des mots, sortir à pas feutré de l’hystérie ambiante et se contenter de donner une information, l’information. Qu’importe de savoir ce que pensent ces messieurs, de leurs opinions… on peut aisément s'en dispenser.

Print
Repost