Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

le 11 novembre 18 ...

le 11 novembre 18 ...

« APRÈS LA PAIX SÉPARÉE signée le 3 mars 1918 entre le gouvernement de Lénine et les empires centraux, les Alliés avaient décidé d’intervenir militairement sur le territoire russe. Ils avaient trois objectifs : soustraire à la convoitise des bolcheviques les importants stocks de matériel militaire donnés par les Alliés à la Russie, secourir la Légion des 50 000 volontaires tchèques, isolée le long du Transsibérien, pour la ramener sur le front occidental et réactiver un front de l’Est en aidant les armées blanches à reprendre le pouvoir. En juillet 1918, des troupes alliées (principalement américaines, britanniques, canadiennes et françaises) ont débarqué à Arkhangelsk à l’ouest de la Russie et elles vont continuer à combattre après l’armistice du 11 novembre, mais la décomposition des armées blanches va provoquer, à partir d’avril 1919, le départ progressif des forces alliées. Déjà quelques refus d’obéissance sont constatés : les hommes veulent revenir en France. En avril 1919, les bolcheviques sont aux portes de Sébastopol et les Alliés doivent conclure une trêve pour permettre l’évacuation de leurs troupes. C’est à ce moment que des actes de mutinerie et de désobéissance éclatent sur de nombreux bâtiments de l’escadre navale française de la mer Noire présente devant Sébastopol. Le drapeau rouge est hissé sur quelques navires, puis le calme revient, mais en France, la censure a occulté en grande partie les événements. À cette période, les Français, qui ont débarqué sur les côtes du Liban fin octobre 1918, et qui souhaitent placer la Syrie dans leur sphère d’influence, vont bientôt devoir commencer une dure campagne guerrière contre les tribus hostiles au mandat français. Quant à l’armée française d’Orient, appelée le 28 octobre armée du Danube, elle va devoir, sorte de cordon sanitaire, s’opposer pendant quelques mois à l’avancée des troupes bolcheviques. En mars 1919, l’armée roumaine, instruite par une forte mission militaire française, va même lutter contre un régime communiste qui vient de renverser le jeune gouvernement républicain, et qui est vaincu le 6 août 1919. Ainsi, l’armistice du 11 novembre 1918 ne met pas entièrement fin aux combats de la Grande Guerre. »

Jean-Pierre Verney

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :