Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Il n'avait même pas l'intelligence d'un rat !

Il n'avait même pas l'intelligence d'un rat !

On nous a présenté ce mouvement terroriste que d’autres veulent appeler Etat Islamique comme une organisation structurée, où tout est calculé, évalué. Où la moindre action provoque un nombre considérable de conseils d’administration. Nous avons ici des fonctionnaires du crime, un reliquat de cerveaux capables de s’adapter à toutes les situations et comment mieux définir l’intelligence qu’en citant cette adaptation rapide, cette manière d’évoluer au gré des Etats véritables. Le 13 novembre, on nous dit qu’un commando de plusieurs véhicules s’est dirigé vers la France, tout semblait régler comme sur du papier de musique, chaque note était à sa place. L’Opéra pouvait lancer son ouverture ! Une diva était convoquée sur scène, un certain Abaaoud… Lui, c’était le cerveau comme ils disent, un haut responsable de l’organisation mafieuse qui était à Paris pour être plus proche de ses administrés, pour se rendre compte de la réalité du terrain. Vivre un temps derrière son ordinateur, n’avoir que des messages sur son smartphone dernier cri fatiguent, on veut aller plus loin. On veut enfin montrer son autorité. On fait donc un attentat, pas trop difficile : tuer en passant des individus qui sont assis à une terrasse de café. Une vraie situation de guerre pour un combattant : tuer des hommes désarmés et n’avoir que le mérite de savoir recharger son arme. Et puis se sauver et puis ne pas savoir où finir par cacher sa lâcheté alors on téléphone à sa cousine qui a des relations dans un quartier de Saint Denis… et on le fait en toute innocence, on se montre, on donne des coups de fil, on se donne des rendez-vous et on se fait prendre en filature sans s’apercevoir de rien, sans se douter, sans sentir le danger. C’est dire si cet homme était un soldat entraîné… à tout ! Abaaoud est mort d’une balle dans la tête, vulgairement d’une balle dans la tête dans un appartement pourri. Quelle mort héroïque pour un des cerveaux essentiels de l’Etat Islamique. La mort d’un rat, d’un rat véritable et qui s’il en avait l’apparence n’en avait pas l’intelligence. Un rat aurait senti le danger…

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :