Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

de l'information ... ou pas !

de l'information ... ou pas !

 

Je ne sais plus dans quel pays, « la censure » a été rétablie lorsqu’il s’agit d’évoquer un attentat terroriste mais à bien y réfléchir et en parcourant tous nos médias aujourd’hui, je me demande si une façon de censure ne serait pas indispensable en France. On pourrait d’ailleurs éviter d’employer ce mot puisqu’il fait peur mais le remplacer par retenue, esprit critique, responsabilité civique… On pourrait même parler d’éthique professionnelle. Les mots sont nombreux comme les expressions. On éviterait ainsi ces longs débats de spécialistes autoproclamés qui avaient prévu, qui savaient avant les autres mais qui n’ont rien dit par pudeur, pour ne pas gêner. On éviterait aussi de voir défilée une longue suite de petites vidéos sorties comme par enchantement d’un mauvais smartphone aux performances quelconques. L’image est floue, elle part dans tous les sens mais on décide de croire que c’est un document indispensable à la vérité alors on se fait une jouissance de diffuser ces morceaux de vérité. Il est vrai que dans des situations difficiles la première action à faire avant toute chose, c’est de sortir son téléphone et de jouer les reporters de guerre. C’est humain, n’est-il pas ? Comprendre ce que font nos chaînes d’information, nos sites d’information m’a toujours posé problème. Entendre un témoin, raconter ce qu’il a vu, ce qu’il a ressenti me suffit. Encore faudrait-il m’assurer que ce témoin est authentique, qu’il ne me raconte pas un épisode de plus belle la vie… Mais j’ai trop d’exigences en fait, je suis comme on dit trop pointu. Je devrais me contenter de  ressentir une émotion même devant une image que je ne comprends pas et devant des propos incohérents. L’important n’est pas là… Et je parle d’un journalisme ringard, qui n’existe plus faute, nous dit-on, faute de moyens. Alors rentrons donc dans les rangs et faisons comme si …

 

 

(« Qui peut dire avec certitude que l’inaction serait la garantie de l’immunité ? On touche là à la nature de l’ennemi à combattre. En ce début de XXIe siècle, le fanatisme religieux, en l’espèce islamiste, a remplacé les grands totalitarismes du XXe siècle. Comme Le Monde l’a souvent expliqué, l’islamisme, par son absolue radicalité, est un totalitarisme – cette promesse folle de régler tous les aspects de la vie des hommes au nom d’une religion érigée en unique source de rédemption. Or ce « parti des purs », pour reprendre l’expression du grand politologue Pierre Hassner, s’en prend prioritairement aux démocraties. Il nous combat autant sinon plus pour ce que nous sommes que pour ce que nous faisons ou ne faisons pas. Rester nous-mêmes est l’une des conditions du succès dans la guerre qu’il faut mener contre ce fanatisme. »

C’est la fin de l’éditorial du journal Le Monde, on ne peut rien dire de plus ni de moins. Cette conclusion n’a que le sens que l’on veut bien lui donner, elle survole le problème, le réduit à un cliché de plus mais qui a-t-il au-delà, qui est derrière ce fameux islamisme et pourquoi avoir voulu engager cette guerre de religion ? Qui sont à la manœuvre ? Quel est le capitaine ? On reste dans le vague… Comme sont dans le vague ceux qui disent mourir en martyrs. Ils meurent au nom de quelle drogue  et pour quels trafiquants ?)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :