Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Grosz ...

Grosz ...

Cette peinture de Grosz a pour nom "L'agitateur" , elle est de 1928. Cet agitateur symbolise "Hitler, le tambour" contre lequel Grosz avait mis ses contemporains en garde. Il promet aux foules de satisfaire leurs besoins matériels, et pour y arriver leur offre la matraque en caoutchouc, la botte miitaire et la croix gammée.

La biographie de George Grosz est la récit d'une vie étroitement liée à l'évolution historique, sociale et politique de son époque. Grosz est né un 26 juillet 1893 à Berlin.

« (…) Pegida a pollué le débat en distillant le racisme dans l’opinion. Aujourd’hui, les Allemands soi-disant ‘inquiets’ se joignent aux néonazis dans la haine de tout ce qui est étranger.” On assiste à l’alliance informelle de toutes les mouvances qui ont toujours refusé de facto que l’Allemagne soit un pays d’immigration. Ils ne sont pas majoritaires, ils ne sont pas le peuple, mais ils sont nombreux et sont une composante du peuple. Et ils ont le vent en poupe. Tout a commencé voilà un an avec Pegida, mouvement aux accents racistes et hostile à l’Etat, qui trouve aujourd’hui un second souffle en raison du débat sur la politique d’asile. le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière, déplorait la “multiplication des agressions xénophobes contre les demandeurs d’asile”, citant le chiffre de 490 délits commis contre des centres d’accueil. Les deux tiers des auteurs présumés étaient des “habitants de la région qui n’avaient jusque-là jamais commis d’acte répréhensible”. Le ministre se disait préoccupé par cette propagation de la violence. En avril, l’incendie criminel d’un foyer de demandeurs d’asile à Tröglitz, en Saxe-Anhalt [est], montre bien la mécanique de cette escalade qui répond à des motivations politiques : l’incendiaire présumé est un jeune du quartier, sympathisant du NPD, qui aurait pris part aux manifestations organisées par le parti contre l’accueil de réfugiés. Fin juin, une maison destinée à l’hébergement des réfugiés a été incendiée la veille de leur installation. L’alliance des “citoyens inquiets”, du NPD et de l’AfD a commencé à battre régulièrement le pavé après l’incendie, aux cris de “Traîtres au peuple !”, “Merkel dehors !”, “Non aux mensonges des médias !” »

Olaf Sundermeyer  Publié le 11 octobre

Print
Repost