Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

en Palestine ...

en Palestine ...

« … Ce qui veut dire qu’ils s’accusent eux-mêmes sans en prendre la responsabilité. Au mieux, ils proposent des solutions qui s’apparentent à proposer un bouillon de poulet à un mort ou du paracétamol à un cancéreux. Par exemple, augmenter le nombre des postes de contrôle ou empêcher les véhicules palestiniens de circuler sur certaines routes (une mauvaise idée : cela faciliterait la tâche des terroristes, qui sauraient que tout véhicule passant par-là est un véhicule juif). Voilà les solutions tactiques que propose cette bande de bornés. Il n’y a aucune volonté de traiter le problème d’ensemble, la réalité stratégique. Le Premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a tendu la main et proposé au président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, une rencontre pour commencer des négociations sans conditions. Or on est déjà passé par là. Abbas et les dirigeants palestiniens ne croient pas Nétanyahou. Ils se souviennent que celui-ci s’était exprimé en faveur d’une solution à deux Etats pour revenir dessus avant les élections et voilà qu’il revient une fois de plus au point de départ. Les Palestiniens en ont assez de ces suggestions ou de ces petits “gestes de bonne volonté”. Ils veulent savoir où mèneront les négociations. Abbas et les Palestiniens ont eux aussi contribué à la situation. Ils n’ont pas profité du gel des colonisations il y a cinq ans. Comme Israël, ils ne sont pas prêts à faire des compromis. Le gouvernement israélien commet malgré tout une erreur en considérant qu’il n’y pas de solution. Il est évident que le statu quo est en train de mourir, d’une façon ou d’une autre. On aura peut-être un soulèvement massif des Palestiniens, la démission d’Abbas, l’autodissolution de l’Autorité palestinienne ou l’annulation des accords d’Oslo, menace qu’Abbas a brandie, ou tout cela à la fois. »

—Yossi Melman  Publié le 5 octobre

Print
Repost