Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

au jeu des mots !

au jeu des mots !

 

On parle sans cesse de la situation française, on décrit ce pays au bord du chaos, on le dit « dans la mélasse », on le dit fini sans plus d’autorité… Hier, on le disait antisémite et des plumitifs venaient dire que la sécurité n’étant plus assurée, beaucoup rejoignaient Jérusalem pour se sentir en sécurité. On voit bien… et c’est drôle comme brutalement certains ont la vision qui se brouille. On entend des représentants Israéliens condamner toute initiative d’apaisement et ils le font avec insolence, avec un rien de dédain pour ces pays, pour ce pays (et c’est encore la France qui tente le coup) qui propose une perspective, un semblant de solution. Souvenons qu’avant l’été, Laurent Fabius avait rencontré les acteurs « responsables » de cette mauvaise tragédie. On a moqué la démarche et Monsieur Nétanyahou a, une nouvelle fois, accusé l’autre. Israël est un pays victime et les palestiniens ont inventé le terrorisme. Il est vrai que les formations comme l’Irgoun ou l’organisation qui se fait appeler le Betar sont connues pour leur douceur, pour leur esprit de conciliation : elles ne sont qu’amour. Il est vrai  que le 22 juillet 1946  lorsque Menahem Begin coordonne l'attentat contre l'hôtel King David à Jérusalem que des membres de l'Irgoun, déguisés en Arabes, font sauter la partie de l'hôtel abritant le Secrétariat britannique, le Commandement militaire et une branche de la Division d'Investigation criminelle.. que Quatre-vingt-douze personnes sont tuées, la plupart employées du Secrétariat ou de l'hôtel : 28 Britanniques, 41 Arabes, 17 Juifs et 5 non répertoriés. Environ 45 personnes sont plus ou moins grièvement blessées. Begin n’est pas alors un terroriste mais un résistant. Honneur aux vainqueurs. Les mots sont à géométrie variable et changent de sexe, c’est selon. Le 9 avril 1948,  le même Menachem Begin assume la responsabilité du Massacre de Deir Yassin. L'attaque du village et le massacre qui suivit, dont des exécutions dans une carrière attenante, fit plus de cent morts. Oui je vous dis des actes héroïques qui n'ont pas donné sens à la violence.

Ici et maintenant, On a le fier culot d’accuser  un pays qui tente de refouler les haines de « récompenser » le terrorisme.

On a tenu la une de l'actualité avec une photo: celle d'un cadre d'Air France qui escaladait un grillage. On a beaucoup parlé... On a même parlé de lynchage. Hier, en terre d'Israël un noir, un homme d'entretien, s'est fait tuer pour rien et là il a vraiment été lynché au sens véritable du mot. Le journal "le Monde" avait choisi de rester sur un seul titre : les confidences de Michel Platini.

L'obs parlait de quoi au fait... ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

au jeu des mots !

Des milliers de personnes, 3000 selon la police, 5000 selon les organisateurs, étaient rassemblées à Paris, hier dimanche, à l’appel de l’Union des étudiants juifs de France, pour soutenir Israël et son « droit à se défendre » face aux attaques « terroristes » palestiniennes.
L’écrivain et philosophe Bernard Henri Levy, y a prononcé un discours très remarqué appelant à refuser en bloc l’argument selon lequel les Palestiniens assassinent car ils sont désepérés. « Les terroristes n’ont pas d’excuses, il faut le crier haut et fort. Ceux qui aujourd’hui pensent justifier leurs actes contre Israël, devront demain ici en Europe, leur trouver des circonstances atténuantes lorsque coulera le sang », a déclaré BHL très applaudi.

Aucun commentaire devant ces paroles ... Une grande désolation devant les propos de cet homme qui n'a pas su être un romancier et qui n'est pas un philosophe. Qui est-il vraiment et à quoi peut donc servir un BHL  sur un arbre perché ?

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :