Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

l'église de François ...

com
l'église de François ...

 

 

 « On peut estimer étrange qu’une religion soit basée sur la malédiction de l’homme voué, dès l’apparition du temps à courber la tête sous le poids du péché, la vie sexuelle apparaissant implicitement comme un mal nécessaire avec toutes les funestes conséquences dont le christianisme a hérité ; la monogamie découle pareillement de la croyance en UN COUPLE ORIGINEL que la science conteste vigoureusement depuis des siècles et qui fait du mariage homme-femme un lien sacré en dehors duquel la sexualité n’est, en principe, pas licite si l’on s’en tient aux préceptes du Décalogue. En condamnant le plaisir sexuel comme péché, le christianisme ignore la spiritualité du corps et méconnait la réalité concrète de la nature humaine. On peut estimer étrange qu’une religion soit basée sur la malédiction de l’homme voué, dès l’apparition de temps à courber la tête sous le poids du péché … » Michel Angebert.  

La doctrine de l’Eglise n’a pas évolué et le pape François tient à la rappeler dans chacun de ses discours. Il le fait de  façon « jésuitique » mais il le fait et cette doctrine vient aujourd’hui parasiter son raisonnement écologique. « Paul Ehrlich - biologiste à l'Université de Stanford (Californie) - et John Harte - spécialiste en ressource naturelle et énergie à l'Université de Berkeley (Californie). Ils font remarquer au chef de l’Église catholique une contradiction majeure entre son discours sur l'action à conduire pour éviter un dérapage climatique dangereux et celui qu'il tient sur la contraception et le contrôle des naissances. Et l'appellent à abandonner l'obsession de l’Église catholique sur la contraception et l'avortement, et de soutenir les droits des femmes et le planning familial. Orienter l'Humanité vers «la sécurité alimentaire» suppose d'abandonner «la fiction d'une croissance démographique perpétuelle», écrivent les scientifiques. »

Le pape François est un idéaliste, on commence à le savoir… Son voyage aux USA en est une preuve supplémentaire. Il est temps qu’il retrouve le Vatican et qu’il fasse silence jusqu’à NOEL… Lorsque le pape se tait, on peut toujours espérer que l’Eglise un jour lointain abandonnera ses chimères.

"L'appel du Pape à une lutte vigoureuse contre la pauvreté ne peut s'affranchir de dures réalités, affirment les deux auteurs. Plus de gens utilisant plus de combustibles fossiles pour répondre à leurs besoin signifie un changement climatique plus fort et plus rapide. Plus de nourriture pour les peuples en pénuries alimentaires signifie l'extension des surfaces cultivées, plus d'irrigation artificielle, plus de pression sur les ressources marines. Plus de produits manufacturés consommés égale plus de déchets toxiques et plus d'extraction de matières premières. Moins de pauvres, résument-ils, c'est plus de demandes de produits agricoles, d'eau, de cuivre et de pétrole. En outre, soulignent-ils - et là c'est manifestement John Harte, le spécialistes en ressources et énergies qui parle - si les hommes ont commencé à exploiter les mines les plus concentrées, les eaux les plus propres, les sols les plus fertiles... aujourd'hui l'ensemble des écosystèmes est touché par une dégradation rapide - érosion des sols, pollution des eaux, perte de biodiversité, diminution des surfaces forestières."

 


 

 

 

 

 

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article