Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

un journal comique !

com
un journal comique !

Je lis les informations du site « Figaro », la pagination, la présentation sont agréables… Ce n’est déjà pas si mal. Pour le reste et au-delà de la forme, le fond est visible à l’œil nu. Pas besoin de se munir d’une loupe… ou d’un quelconque instrument de précision optique. Cela ne va jamais bien loin, c’est écrit en gros… On fait dans le sommaire répétitif. J’aime bien l’éditorial. On nous donne ici les ficelles d’un libéralisme avancé. Chaque jour ou presque on nous cite en exemple l’Allemagne et mieux encore l’Angleterre de Cameron. Des pays qui ont une politique pleine de bon sens parce que l’Etat-providence n’est plus de mise, où le code du travail se résume à quelques pages, où l’entrepreneur est libre d’agir à sa guise en n’ayant qu’un objectif : donner satisfaction aux actionnaires. Et cette politique a un sens : elle combat le chômage.  Qu’importe la nature de ce travail, qu’importe ses conditions… le salarié doit dire merci, le doigt sur la couture du pantalon ou du moins sur le peu d’apparence qui lui reste. On sait déjà tout cela, on le devine assez facilement.  Mais le plus drôle en somme, c’est le Figaro. On n’ignore rien de son propriétaire, on sait combien l’entreprise qu’il dirige dépend de l’Etat. Sans les commandes régulières de l’armée française, on peut même se demander quel aurait été l’avenir de cette entreprise. Il est encore plus drôle de savoir que pendant un temps, un certain avion ne trouvait pas preneur, aucun pays ne voulait l’acheter. Cet aéronef  a continué d’exister grâce à l’Etat français, sa survie en a dépendu. Aujourd’hui, l’avion a trouvé preneur et c’est un ministre dit de gauche qui a su le vendre. On peut continuer à lire Le Figaro, c’est même conseillé en période de morosité. C’est bon de rire parfois ou d’aller jusqu’à ricaner.

 

Print
Repost

Commenter cet article