Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

l'Allemagne vote ...

com
l'Allemagne vote ...

Ce matin, on vote au Bundestag... Les députés devaient interrompre leurs vacances pour venir écouter Mamie. Oui, nos chers députés allemands étaient déjà en vacances et cette convocation a dû les contrarier, ils ont interrompu leurs journées de repos et quitter précipitamment ou du moins au dernier moment leurs lieux de loisir... Je suppose que certains sont rentrés de Grèce, d'Italie, d'Espagne ou même de France avec un rien de grogne. Les allemands aiment beaucoup leur pays, on le sait, on s'en doute... Ils parlent volontiers des vertus de leur système politique, de la grandeur de leur démocratie, de la rigueur de leur balance commerciale mais ils aiment encore plus se dorer la pilule, les doigts de pieds en éventail devant la grande bleue. Ils ont même parfois l'audace de soutenir que la pudeur vestimentaire handicape les économies des pays du Sud. Mais oui sans blague ! J'ai assisté au vote, à ce grand bazar... Je vous le dis ce peuple a perdu le sens des convenances. Les députés semblaient déposer une carte dans une urne au milieu d'un foule, d'un paquet de gens qui s'embrassaient, se la souhaitaient bonne et autres amabilités. Ils semblaient heureux au milieu de leurs bancs de couleur violette. On allait, on passait... C'était sans façon, sans grand sérieux. Ils n'avaient pas encore quitté la plage, ils ne faisaient que passer...je vous le dis, les cheveux pas coiffés, la veste mal boutonnée. Seule Madame Merkel était en uniforme, elle n'avait pas bougé... la veste était-elle jaune, rouge ou verte...? Je ne sais plus. On sentait bien qui lui tardait de retrouver ses pantoufles et sa blouse fleurie du week-end. En assistant à ce vote... Je me suis souvenu d'une phrase essentielle du credo protestant: il faut faire simple ! Pas de chichi, un côté bisous-bisous même lorsqu'on participe à un acte que d'autres qualifieraient de "mafieux"... de pas très beau, de pas très grand. Heureusement qu'on a entrevu le visage de la vieille Allemagne, de la vraie, de l'éternelle et c'était le visage crispé, douloureux du ministre des finances. Son nom... Trop compliqué pour moi, trop compliqué à énoncer. Souffrait-il des feux qui entouraient la ville d'Athènes ?

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article