Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

lamentable ...

com
lamentable ...

La République française a des réactions de pucelle effarouchée, nous nous donnons des airs… Il faut toujours et dans n’importe quelle situation ajouter une cerise sur le gâteau pour des soucis esthétiques. Cela fait un reportage, cela meuble, cela fait causer et souvent dire n’importe quoi à des gens qui n’ont rien à dire mais qui se sont habillés pour le dire. Hier nous avons eu droit au retour du tueur de l’Isère sur son lieu d’habitation. Grand cinéma, cortège impressionnant de véhicules et apparition de la vedette, de la Star un drap de lit sur la tête. Pourquoi un homme qui n’hésite pas à se photographier à côté de la tête de sa victime aurait-il le droit de cacher son visage devant les caméras. On veut du spectacle alors qu’on aille jusqu’au bout de la mise en scène. A ce que j’ai vu du tueur blond des Amériques, celui-ci est apparu sans masque lorsqu’il est monté dans son avion. Non, la France se doit de respecter ceux qui ne la respectent pas, c’est ainsi… Les policiers conduisaient cet homme dans son appartement pour chercher avec lui son passeport. La main sur le cœur et la bouche en fleur, tous nos gugusses n’ont pas hésité à l’affirmer. Comme si aucune perquisition n’avait jamais été pratiquée dans ces lieux d’habitation. Ou alors avaient-elles été faites dans la précipitation, à la va-vite par les manchots de l’ordre public. Ils sont restés une heure sur les lieux, notre homme fantôme a changé de vêtement et ils sont repartis dans le bruit et la fureur sous leurs cagoules. Ils avaient aussi le bruit des sirènes comme dans les séries B américaines. Dans ce genre de représentation, on se doit d’ajouter le son à l’image : c’est mieux, c’est plus réaliste. On discute maintenant de la personnalité de notre bon livreur, a-t-il été un terroriste à l’insu de son plein gré. Cela pose problème et c’est si pertinent lorsqu’on sait que le tour de France n’est pas loin de prendre son départ. On peut s’amuser à voir ce qu’on voit mais très vite on se lasse, on se met à parler tout seul et on se dit que le mur n’est pas loin et que derrière il n’y a plus rien pas même un énarque pour jouer aux billes.

(Il va sans dire que tout homme suicidaire qui se trouve au cœur de problèmes familiaux n’a d’abord qu’une hâte après avoir tué son patron : l’obsession de décapiter sa victime… c’est un premier signe de sa maladie mais pas n’importe comment, dans les règles : se prendre en photo avec son œuvre parce que c’est à la mode et tenter d’intoxiquer tout un quartier et au-delà pour se convaincre du bien fondé de sa croyance. Finalement notre homme est un artiste : avant de mourir, il avait même organisé une forme d’exposition de ses œuvres pour rester dans l’imaginaire islamiste. La culture se niche où elle peut en ce temps de disette.)

 

Print
Repost

Commenter cet article