Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

un roman de Kessel ...

com
un roman de Kessel ...

« La passante du Sans-Souci » un roman écrit en 1935 par Joseph Kessel et qui sera publié en 1936. Cette femme, cette passante entrevue une nuit, dans les rues de Paris, par le narrateur, a fui l’Allemagne nazie. Son époux Michel a été emprisonné pour avoir publié en tant qu’éditeur des textes « interdits ». L’auteur va être fasciné par cette femme et par l’enfant qui l’accompagne, un jeune juif qui a échappé de peu à la mort. On va suivre le destin chaotique de cette femme que l’histoire de son pays a rejetée, a posée sur le bord du chemin sans lui fournir aucune explication. Elle va essayer de se tenir debout, d’espérer l’amour inébranlable de l’homme-prisonnier qui ne peut que lui revenir libre. Elle sera alors amoureuse de lui (ce qui n’a pas été le cas dans le passé). Destin désespérant et désespéré de cette héroïne qui porte le nom d’Elsa et que le narrateur va tenter de suivre en gardant toujours une distance élégante. Comment aider cette femme, comment la sortir de son fantasme, comment lui faire comprendre que les temps ont changé, que le monde s’endurcit et comment l’empêcher de se détruire… Elsa ne sait pas aimer et pourtant elle ne demande qu’à être aimée… On devine que sa vie trouvera vite une issue fatale, il suffira que son époux entre en France après sa libération pour qu’elle comprenne l’impossible. Un très beau texte de Joseph Kessel où déjà certains mots sont prononcés, où déjà l’avenir s’annonce mortel comme la vie de l’héroïne de son roman.

« Taisez-vous ! Taisez-vous ! cria-t-elle avec un emportement furieux et terrifié. Pour rien au monde je n’irai chez ces bêtes féroces. Vous voulez-donc me faire envoyer dans un camp comme Michel ? Je suis sa femme. Ca leur suffit. Et vous croyez qu’ils ne savent pas ce que je raconte de leur sauvagerie ici ? Et Max, faut-il que je leur rende, pour qu’on l’outrage sans cesse, qu’on le batte… pour qu’il ne soit plus un être humain ? C’est cela que vous voulez ? Mais j’aimerais mieux mourir de faim avec lui sur le trottoir. Pour cela, soyez tranquille, je n’aurai besoin de personne … » 

Ce texte a été écrit en 1935, certains savaient et le disaient et d’autres comme toujours regardaient ailleurs.

« La Passante du Sans-Souci (nom d'un café où se rencontrent les émigrés allemands, juifs ou non) est un roman de Joseph Kessel, publié en 1936 chez Gallimard et qui, chose rare à l'époque, dénonçait les camps de concentration nazis. C'est l'histoire d'Elsa Wiener, exilée à Paris avec le jeune garçon juif et hantée par l'obsession de faire libérer Michel, enfermé dans un camp. Elle y parvient au prix de sa propre déchéance. De ce roman, Jacques Rouffio et Jacques Kirsner ont écrit, avec quelques modifications de l'intrigue et des caractères, une adaptation extrêmement subtile, reliée au contemporain et à ses tragédies, ses atteintes aux droits de l'homme. L'ambassadeur Federico Lego est l'ancien attaché d'ambassade, Ruppert von Legaert, qui provoqua la mort d'Elsa et de Michel, et Max les venge en accomplissant un acte contre l'oubli du temps des assassins et de la peste brune. Le film part du présent, remonte dans le passé et, en rappelant le grand déchirement de l'époque nazie, fait prendre conscience que les assassins, les fascistes, les racistes, sont toujours là, sous d'autres visages. Jacques Rouffio a bâti toute sa mise en scène sur des situations émotionnelles. C'est admirable, comme l'interprétation de Michel Piccoli et celle de Romy Schneider, dans un double rôle, tourné après la souffrance de la mort de son jeune fils. Deux femmes qui se ressemblent et appartiennent à deux moments historiques différents. Son chant du cygne. » (le Monde)

- Pour tout dire, le film n'a plus rien à voir vraiment avec le roman qui se suffisait à lui-même.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article