Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

trop c'est trop !

com
trop c'est trop !

La justice a parfois des accès de toux, elle s’enrhume au moindre courant d’air. Et le résultat n’est pas bien brillant, le nouveau procès Outreau est là malheureusement pour nous le rappeler… On a entendu le juge Burgaud parlait, racontait son instruction, comment il avait su alors détecter la vérité, pointer du doigt les coupables. Il l’a fait – semble-t-il – sans aucun regret. Ce n’est pas de sa faute si la police avait arrêté n’importe qui, il l’a crue… A qui pouvait-il donc se fier ? Pas à son intuition, ni à son intime conviction… Il ne savait pas ce que ces mots voulaient dire. Et puis… n’avait-il pas peur de se salir un peu les mains ? On sait la suite et le fiasco de cette affaire mais dans la magistrature rien ne se perd tout se transforme et Monsieur Burgaud a changé de responsabilité et finira ses jours dans la Magistrature française qui est bonne fille. Aujourd’hui, c’est la police qui est à l’honneur. On ne parle plus de ceux qui ont fait disparaître cinquante kilos de cocaïne, non ! Mais de deux gugusses qui sortaient de boîte de nuit ronds comme des queues de pelle et qui ont envoyé à terre un livreur qui livrait, qui travaillait. Je sais que certains policiers ont besoin de se ressourcer, de se détendre, de retrouver un certain équilibre : ils font un métier difficile alors quoi de mieux que de se péter la gueule et d’envoyer au cimetière un homme qui n’avait pas appeler la police et qui n’avait donc pas besoin de les rencontrer aussi brutalement. Je sais bien, rien n’est parfait dans notre bonne société mais il faut reconnaître que ce genre de bêtises semble prendre ses aises. On en parle ici beaucoup parce que cela a eu lieu à Paris et tout ce qui est important ne peut se passer que dans cette ville mais j’ai quelques exemples « provinciaux » qui peuvent aussi laisser rêveur. Nul n’est censé ignorer la loi nous affirme-t-on. Je veux croire que tous ces hommes de l’ordre ont compris l’adage et il n’est pas seulement là pour amuser les benêts.

(Ces deux individus roulaient dans une voiture de service sans être eux-mêmes de service. On nous dit que c’est normal. Des policiers de ce niveau peuvent être appelés à n’importe quel moment, la belle blague : ils peuvent donc se rendre sur une scène de crime en n’épargnant aucun véhicule sur leur passage et encore moins le passager. Belle mentalité.)

.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article