Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

les faits-divers ...

com
les faits-divers ...

Je me suis souvent intéressé aux faits-divers et à ce qu’ils deviennent dans le temps. Comment ils peuvent se transformer, comment on s’arrange pour les faire oublier, pour tenter de les rendre inoffensifs à l’usage, aux années qui passent. On sait l’importance d’un fait-divers sur le moment, à l’instant où on en parle… On va exploiter l’émotion qu’il entraîne plus ou moins forcément. On va en parler une journée, deux… On va comme à chaque fois et sans trop savoir pourquoi organiser « une marche blanche » même si la signification véritable en est perdue, tout au moins son symbolisme. Les politiques ne sont jamais en reste, ils doivent donner leur avis même si tout n’est pas clair dans leur esprit, même si les affaires sont confondues… Ils ont malgré tout un avis tranché pour se faire aller voir, pour se prouver qu’ils peuvent encore penser, qu’ils existent un peu, beaucoup ou pas du tout. C’est un peu comme leur présence à Roland Garros. Ils sont là, l’air passionné et le ventre en avant. Ils sont là avec la nouvelle petite amie qu’ils présentent à la caméra. Certains ont la fierté, l’orgueil de nous faire savoir que leur couple tient bon la barre, d’autres annoncent une autre couleur, une autre compagne, un autre compagnon. Toutes ces réflexions me sont parvenues en vrac, en tas alors que je regardais l’émission que diffuse encore France 2 « Non élucidé ». Ces affaires qu’on dit criminelles et qui mettent « sous le choc » un morceau de population pendant un temps qu’on détermine par avance et puis qu’on oublie surtout lorsqu’elles ne sont jamais élucidées. Cette semaine on parlait de Clément Roussenq, ce proviseur de collège, poignardé, en 2003, dans le parking de son établissement. On a entendu beaucoup de monde dans cette affaire, on a suspecté les gens des cités alentour mais rien leur alibi tenait la route, ils disaient la vérité. Dans l’affaire, le seul qui semble avoir menti est la victime… J’ai tenté de retrouver les articles de l’époque, ils sont peu nombreux, souvent confus. Pensez-donc ce coup de coupeau est vieux de plus de dix ans… et le coupable n’a pas été retrouvé au moment où il le fallait et ne semble pas appartenir à la fameuse « canaille » des banlieues. C’est désolant… affligeant. On apprend beaucoup sur la gestion des faits-divers et comment ils peuvent devenir parfois une affaire d’Etat.

Print
Repost

Commenter cet article