Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

A l'ombre de l'Empire ...

com
A l'ombre de l'Empire ...
A l'ombre de l'Empire ...
A l'ombre de l'Empire ...
A l'ombre de l'Empire ...
A l'ombre de l'Empire ...

La Provence dont Lawrence Durrell propose "une interprétation" est celle sur laquelle Rome avait établi son empire et sa paix. Elle va donc loin à l'ouest, bien au-delà du Rhône, jusqu'aux Corbières, ne serait-ce que pour le Fitou: l'auteur et ses amis arrosent volontiers de ce vin leurs conversations sans fin. Les capitales de cette province sont Arles, Nîmes, Avignon, Narbonne et elles renvoient toutes à l'emprise romaine, bien que sous le regard de Durrell la Grèce soit également très présente en ces lieux.

La Provence est aussi taurine, avec les ferias de Nîmes et Arles et les courses à la cocarde, où se distinguent razzeteurs et taureaux de Camargue. Bref, l'Espagne y rejoint la Grèce, via l'Italie, et même l'Egypte à travers le culte taurin. Ce n'est pas un pays, dit Durrell, c'est une idée, la rencontre de deux systèmes de référence, de deux manières d'appréhender l'histoire de l'humanité, de deux sensibilités. "A vrai dire, assure-t-il, les Provençaux sont français par procuration, par accident, de même que le pays n'est qu'une entité démographique. En d'autres termes, la Provence n'est pas plus française que le pays de Galles n'est anglais!"

Print
Repost

Commenter cet article