Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

nos bons journaleux !

com
nos bons journaleux !

Le ridicule ne tue plus, c’est l’évidence mais dans notre bonne et vieille société humaine le ridicule a-t-il tué un jour ? N’est-ce pas une formule creuse qui n’a jamais signifié grand-chose. Qui est là posée sur une étagère pour rassurer certains. Et pourtant… Le ridicule, le grotesque voient leur avenir renforcé. On n’hésite plus, on y va plein pot. Les exemples sont multiples… mais la nouveauté montre le bout de son nez et les chaînes d’Information sont toujours sur le coup, toujours dans la mode, dans le sens de l’histoire et pas un ne remarque ce ridicule… il le renforce même. Sur le Net… sur ce qu’on appelle avec science les réseaux sociaux  on s’expose, on montre à qui veut le voir son minois et son cul par la même occasion. On affiche ses tatouages, on les compte, on les explicite. Sur l’écran de nos vieilles télévisions, on donne la parole aux témoins, à ceux qui subissent l’offense, ceux qu’on accuse toujours à tort, ceux qui passent dans l’actualité et que nous montre-t-on ? Des tapis qui parlent, des manches de robe, des jambes tremblotantes, des mains qui tapent du doigt. Pas un visage, pas une bouche, pas un regard… Ces interviews de choc et de choses doivent apporter une information. Ce sont des témoignages. On arrivera à faire parler des manches à balai, d’ailleurs ne le font-ils pas déjà ? Que valent ces paroles, que valent ces témoignages ? Rien, absolument rien. Qui me prouve leur authenticité ? Où sont les preuves… Faut-il croire à l’honnêteté sans faille de nos journaleux d’opérette ? Hélas, trois fois hélas, je dis NON… ! Par le passé, Ils ont tellement su développer leur médiocrité, ils ont tellement fait n’importe quoi pour se donner un petit point d’audience supplémentaire.  Alors arrêtons le massacre et revenons comme jadis au petit train-rebus, celui qui servait au temps des interludes ! c'était de l'information ...

Print
Repost

Commenter cet article