Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

je n'irai pas au Népal !

com
je n'irai pas au Népal !

Je sais, on a longtemps considéré ses romans comme de la littérature de gare, de celle qu’on veut bien lire entre deux stations de notre SNCF nationale. Mais si le style ici importe peu par contre ce Gérard de Villiers était bien renseigné et son héros vivait des aventures qui n’étaient pas virtuelles. Son prince Malko est venu au Népal, il voulait en savoir plus sur le massacre de la famille royale. Au fil des pages, nous imaginons assez bien le paysage du Népal, son paysage humain aussi bien qu’économique. Mais nous sommes en 2015, tout a bien sûr et fatalement changé. C’est l’évidence même dit-on. La preuve ? On voit de plus en plus de vieux alpinistes qui tentent de chasser leur ennui.

« Jusqu’en 1990 le Népal était une monarchie absolue, depuis deux cent ans le pouvoir était partagé entre deux grandes familles, les Shah et les Rana. Absolue et absolument corrompue. (…) Sentant que les choses risquaient de tourner mal, les Etats-Unis ont fait pression sur le roi Birendra, celui qui a été assassiné (avec la plus grande partie de sa famille), pour qu’il abandonne un peu de son pouvoir. Il a accepté et le Népal, après quelques centaines de morts dans de violentes émeutes, est devenue une monarchie parlementaire, le roi autorisant les partis politiques… Cela a permis d’étendre la corruption à tout le personnel politique. Dix ans après ce changement de régime, il n’y a toujours pas de routes, pas d’infrastructures, pas de sécurité sociale, 60% d’analphabètes et la plupart des Népalais vivent dans des conditions dignes du Moyen-Age. (…) Ici, les royals sont des dieux. Après le massacre du palais, ce qui choquait les gens ce n’est pas que Dipendra ait tué neuf membres de sa famille, y compris sa mère, sa sœur et son petit frère, mais qu’il ait osé toucher au roi… Un des Népalais auprès de qui je m’étonnais qu’il ait pu être proclamé roi après avoir abattu le roi précédent a soupiré et m’a dit : vous savez ce sont des dieux, ils ne raisonnent pas comme nous… » »

(Le Roi fou du Népal)

« Malgré l'immensité du lieu, deux voies étroites sont le plus souvent utilisées pour accéder au sommet haut de 8 848 mètres. L'ascension est facilitée par des échelles métalliques qui enjambent les crevasses, ainsi que par des cordes fixes installées le long du parcours. "L'Everest est l'un des sommets les plus connus, les plus mythiques, mais il n'est pas le plus difficile", assure René Ghilini, guide de haute montagne de Chamonix. De fait, cette montagne n'est plus réservée aux alpinistes chevronnés, mais aux plus fortunés. Il faut débourser jusqu'à 50 000 dollars (39 500 euros) pour tenter l'ascension, dont 10 000 dollars rien que pour obtenir le permis. Celui-ci est rarement refusé, et les expéditions rapportent plus de 9 millions de dollars par an au Népal. Dans l'un des pays les plus pauvres de la planète, une telle manne financière se refuse difficilement. Vu l'importance des sommes en jeu, il arrive que les alpinistes fassent pression sur le guide pour continuer l'ascension malgré les dangers. Les plus inexpérimentés mettent parfois la vie des autres en péril. "On ne peut laisser l'Everest devenir un parc d'attractions. » Article du Monde de 2012.

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article