Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

A gerber, le tourisme ...

com
A gerber, le tourisme ...

Mais que fait la France ? Ils veulent rentrer nos chers touristes, ils en ont assez vu. Ils sont impatients, ils attendent mais alors… quoi. Comment sont-ils arrivés là nos braves français, dans ce Népal qui aujourd’hui leur fait peur, par quel moyen ? Un avion de l’ambassade est venu les chercher, les sortir de leurs pavillons de banlieue pour une petite visite au bout du monde, pour jeter des cahuettes aux locaux, pour voir la misère de plus près, pour se donner des frissons, des sensations avant de mourir. A gerber ce tourisme… Nos envoyés spéciaux leur tendent le micro et ils parlent… Ils ont vu des pierres qui tremblaient, des véhicules qui perdaient leurs roues, ils ont senti des secousses mais oui… Ils ont vu ou croient avoir vu. Ils ont senti ou croient avoir senti. Il faut bien qu’ils racontent quelque chose à ces charmantes journalistes toute propre sur elles et le cheveu lisse. Ils passent à la télévision, cela leur fera un souvenir de plus ou de moins. Ces gens-là n’ont pas tant de souvenirs que cela, ils n’ont plus rien à se mettre dans la mémoire mais ils savent - parce qu’on a leur dit- que c’était mieux avant. La misère c’est bien de la visiter mais il ne faut  pas non plus que la nature s’en mêle, un peu de misère mais pas trop… cela viendrait à vous enlever un certain goût de l’aventure. J’ai lu dans le Monde l’indignation d’un alpiniste italien : « Il est cynique qu’on fasse un tel battage pour les montagnards qui peuvent payer jusqu’à 92000 euros pour l’ascension des pentes de l’Everest » et qu’on laisse les villages du Népal sans rien, sans aucun secours… isolés du monde mais nos braves journalistes, nos jeunes filles des chaînes d’information tournent en rond à Katmandou et elles tendent le micro à qui veut bien parler de ses misères d’Occidental en mal de nostalgie.

A gerber, le tourisme ...
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article