Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

le jeu des mots !

com
le jeu des mots !

Nous sommes dans la politique de la petite phrase, de la formule choc, de celle qui va faire le titre d’une rubrique un temps, un moment… Nous sommes entrés dans la politique spectacle et on sent qu’on n’est pas disposé à en sortir. C’est ainsi… La formule, le mot sont donnés à chaque instant, il faut bien sûr les commenter mais pas trop. On le fait par défaut si rien d’autre ne vient prendre place, s’installer à la place. Il y a des modes ! Nous traversons en ce moment la mode « Islamiste », rien ne vaut un attentat, la tentative d’un attentat pour tout remettre en cause. Un mort suffit pourvu qu’il soit français… Il faut tenir compte de la distance c’est l’évidence. On est plus à l’aise en Europe, les distances sont plus courtes et la sécurité assurée. Nous avons eu droit à l’attentat de Bamako qui était forcément terroriste. Les mots ont tout de suite pris leur place et ce sont toujours les mêmes : émotion, sous le choc, la peur, horrifié…Ils font partie de la panoplie et donc on les emploie sans discernement parce qu’il faut bien dire quelque chose. Les mots ne s’usent que si on s’en sert à tout vent et c’est la pratique du moment. A force de les entendre, à force de les répéter ces mots ne signifient plus rien. Si la situation s’aggrave quels autres mots ira-t-on employer… A la place de peur, oserons-nous utiliser le mot de terreur ? Pourquoi pas mais on sera vite limité par la richesse de la langue. Après l’émotion viendra sans doute la tristesse mais encore… Je vois beaucoup d’émotion mais peu de tristesse. La formule « sous le choc » permet toutes les audaces, on peut tout comprendre… Elle a un petit air anglo-saxon, elle ne se perd en conjonctures grammaticales : nous resterons donc sous ce fameux choc pour nous éviter la foudre et nous attendrons que cela se fasse et on verra bien.

 Sous l'ombre de mon choc et pour m'instruire ecncore un peu, je lirai les pensées de... mais pas de Pascal allons ! de Françoise Hardy. J'ai bon ?

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article