Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Intolérable !

com
Intolérable !

Et on en passe une nouvelle couche ! Comme à chaque fois et on est loin d’en voir la fin… : Un juif est tué dans un pays d’Europe, un cimetière est profané et on place un micro devant la bouche d’un représentant de la communauté juive ou se désignant ainsi pour lui demander de nous communiquer ses états d’âme : va-t-il partir pour Israël ? On hésite, on bafouille, on dit que… Et tout le reste suit avec bien sûr un premier Ministre Israélien en campagne électorale qui n’est pas à une bourde près et qui veut bien donner son avis sur une question qui ne concerne en rien l’état de son pays et ses chances un jour d’y établir la paix. Parce qu’il faut le dire et le répéter Israël est en état de guerre et cela dure depuis sa création. On tue aussi des Juifs en Israël mais… On ne vient pas alors demander aux habitants du pays si vivre en Israël leur apporte l’apaisement et leur donne un sens aigu du confort pour ne pas parler de sécurité. Je crois que tous ces bonimenteurs qui tiennent le micro comme une glace à la vanille devraient retourner à leurs chères études, ils appartiennent à la religion du livre et bien qu’ils lisent aussi dans la foulée leurs livres d’histoire… et qu’ils cessent d’alimenter la haine des communautés, qu’ils sachent mesurer leurs propos. Nous vivons dans des sociétés chaotiques où la prudence, la pudeur, le tact devraient être signes d’intelligence, de responsabilité. Chacun a une responsabilité, chacun a le devoir d’user de son esprit critique… et il n’est pas nécessaire à chaque fois de se présenter en victime, de n’user que de ce qualificatif. A force de le voir employer à tout propos il perd nécessairement toute sa valeur et tout son sens.

Ce coup de colère trouve peut-être son origine dans une certaine forme de dépit : serai-je jaloux de n’avoir à m’offrir qu’une seule nationalité ? Je n’ai pas eu le choix, je suis né français dans un département qui n’existe plus (ainsi va l’Histoire) et français je le reste avec un rien de fierté. Je n'ai pas d'autre état d'âme... !

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article