Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nîmes qui se regarde...

Mon actualité ? regarder vivre une ville, actrice d'un monde qui se fait ou se défait.

Nuit et brouillard...

com
Nuit et brouillard...
Nuit et brouillard...

«Moscou, 6 fév.- L'agence Tass annonce la libération par l'armée rouge de 4.000 déportés politiques français, belges et hollandais détenus par les Allemands dans le camp de concentration d'Oswiecim. (AFP)» C'est par cette seule dépêche parue dans l'édition du 7 février que Le Figaro annonce la libération du camp d'Auschwitz. La presse dans son ensemble reste muette sur cet événement qui semble a posteriori un moment clé de l'Histoire pour la bonne raison que l'armée russe qui a libéré le camp presque par hasard, ne médiatise pas sa découverte. Les images, en partie reconstituées de la libération d'Auschwitz ne parviendront aux occidentaux que bien plus tard. Les premiers témoignages sur la déportation sont publiés dans la presse française à la libération des camps par les armées alliées à partir d'avril 1945 (exception faite de L'Humanité qui dès septembre 1944 publie les photos de rescapés du camp de Maïdanek, en Pologne). La presse écrite est frileuse, hésitant à soumettre aux lecteurs ces terribles récits susceptibles d'affoler les familles en attente de nouvelles d'un parent déporté. Ainsi lorsque le correspondant de guerre du Figaro, James de Coquet, envoie le récit de la libération du camp de Vaihingen en Allemagne, libéré le 7 avril 1945 par l'armée française, le directeur du journal Pierre Brisson prend la plume le 18 avril pour justifier son choix de publier ce «récit hallucinant». Il estime que par-delà les «angoisses» ressenties à la lecture du texte, il est du devoir des journalistes d' «enregistrer les faits, de les consigner, d'en fixer l'image et de le faire au moment même où l'imminence de la victoire prépare, dans un monde épuisé d'horreur, les voies de l'oubli». (Le Figaro)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article